Quelle est la mission de nos paroisses et de notre Église en 2020 ?

Elle n’a pas changé depuis environ 2000 ans.
Notre mission est d’annoncer Jésus-Christ mort et ressuscité afin que le monde croie.
Ce qui change, ce qui est à constamment renouveler, c’est la manière dont nous
envisageons de répondre à cet appel que Dieu nous adresse au travers de Jésus.
On n’annonce pas le Christ de la même manière aujourd’hui qu’il y a 10, 100 ou 1000 ans
en arrière. Il ne sert donc à rien de persister à vouloir « faire comme nous l’avons toujours fait ».
Certainement que ces anciennes manières d’annoncer l’Évangile ont porté du fruit
(et sou-vent du beau fruit !) en leurs temps. Lorsque la société change, la manière d’habiter
notre mission le doit aussi, tandis que l’Évangile, lui, reste le même.
Nous le répétons souvent, mais il me semble que nous avons de la peine à le vivre concrètement.
Car cela signifie sortir de nos zones de confort, et essayer de nouvelles manières d’assumer
notre mission.
Cela signifie échouer avant de réussir. Cela signifie mettre notre foi à l’épreuve et
avoir confiance en l’avenir et en Dieu, car nous ne verrons pas immédiatement
les fruits de nos efforts. Cela signifie aussi être à contre-courant parfois.
« Je leur ai donné ta parole, et le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde,
comme moi, je ne suis pas du monde » (Jean 17:14).
C’est là une inévitable conséquence lorsque l’Eglise assume sa dimension prophétique.
Pour nous aider lorsque nous cherchons à discerner dans la prière la manière de témoigner
du Christ dans le monde aujourd’hui,
il nous est donné un point de repère : la Parole. Il est vital que tout ce que nous entreprenions,
en paroisse mais aussi en Région, soit solidement ancré dans la Parole.

Philippe Golaz